Comment Sharvy a décomplexifié les process de l’ESC Pau Business School ?

sharvy
sharvy

La crise du Covid n’a pas manqué de développer l’essor du télétravail. Même si quelques habitudes se sont assouplies depuis le confinement, il faut avoue que de nombreuses organisations ont demandé à leurs salariés, de revenir au bureau.

Cependant, le télétravail est quand même rentré dans les mœurs des entreprises et il s’est immiscé dans les contrats de travail (très souvent autorisé à temps partiel). Cet impératif a aussi permis aux gestionnaires d’accélérer le déploiement de projets de « flexoffice » et introduit de nouveaux outils pour accélérer la transformation digitale dont ils n’avaient même jamais entendu il y a deux ans.

C’est le cas de l’application Sharvy, qui a comme émergé durant la crise sanitaire (même si la start-up s’est lancée deux ans avant…) Depuis, elle multiplie les clients, et revendique aujourd’hui 30 000 utilisateurs.

L’application Sharvy permet aussi bien la gestion des parkings, de bureaux et de cantines directement par les utilisateurs. Elle fonctionne en self service, gérable depuis un smartphone, avec un organe de contrôle centralisateur qui veille au bon ordonnancement de l’ensemble.

Sharvy : une application multi-usage avec un paramétrage personnalisable

Sharvy est une app ou tout est paramétrable ; en effet, chaque organisation dispose d’une interface dédiée, avec son propre paramétrage en fonction du plan des locaux. Cependant, le fonctionnement global reste le même pour tous.

Prenons un exemple (la gestion de places de parking) pour illustrer comment s’utilise Sharvy au quotidien : le collaborateur réserve en un seul clic sa place de parking (ou son poste de travail) quelques heures ou jours avant son utilisation. Dès qu’il obtient la validation de la part de l’application, il peut alors se rendre à l’emplacement voulu (et à l’heure indiquée ) pour utiliser l’emplacement en question. C’est simple, configurable à souhait et très pratique

C’est cette perspective un peu futuriste, une organisation fluide et efficace pour les besoins du quotidien comme le parking, qui a fait rêver l’ESC Pau Business School qui témoigne d’un retour d’expérience récent…

Sharvy et ESC Business School de Pau : l’étude de cas

Membre de la Conférence des Grandes Ecoles, l’ESC Pau Business School est une institution gérée par la CCI de Pau qui l’a créée en 1969. Elle jouxte sur le campus de l’Université, deux écoles d’ingénieurs et un technopôle. En prenant ses fonctions de Directeur du Pôle Ressources en janvier 2020, Julien Urruty se voit confier immédiatement deux problèmes lancinants, ces fameux « irritants » du quotidien, dont se plaignent le corps professoral et les apprenants. En résumant : les distributeurs proposent trop de junk food, et le parking est trop petit !

Dans les deux cas, M. Urruty va engager des transformations d’usages pérennes. Le Net lui ouvre un tour du marché à portée de clics, pour identifier de nouvelles solutions innovantes et leurs acteurs. Il veut privilégier des services ancrés dans la modernité et avancer sur un déploiement effectif pour la rentrée. Pour le parking, le choix se portera sur Sharvy ! 

« Ce qui me plaisait dans le concept, c’est à la fois qu’on donne de l’autonomie aux personnes, et qu’on insuffle de la technologie dans l’accès parking. Et puis le bénéfice usagers évident, notamment pour nos étudiants, pour leur organisation personnelle ! », explique Julien Urruty, Directeur du Pôle Ressources.

En effet, en adressant ses demandes de place sur l’application, on est notifié 24h à 48h avant son arrivée.  Quand on part pour l’école, on sait qu’on peut compter sur une place, et qu’on ne se retrouvera pas devant un parking qui affiche complet.

En revanche, en l’absence de notification de la part de Sharvy, on va partir un peu plus tôt car il faudra se garer plus loin. Dans tous les cas, en devenant prévisible, le parking a perdu totalement de son pouvoir de nuisance ! On sait anticiper, s’adapter et maîtriser !

Qui plus est, le parking devient un bien commun, géré de façon collaborative : quand on prévoit d’être absent du campus, on libère de soi-même sa place pour la remettre dans le pot commun, à disposition des autres. Une attitude responsabilisante, respectueuse vis-à-vis de la communauté, qui permet d’affirmer les conditions du vivre ensemble.

A la base, l’équation était la suivante : 1 100 élèves, 80 permanents et 200 intervenants extérieurs qui ont accès à un parking de (seulement) 207 places sur le campus de l’Ecole, proche du centre-ville de Pau. Un problème d’optimisation que Sharvy s’est fait fort de gérer, après deux rentrées scolaires !

« Le succès est unanime ! L’outil fonctionne très bien, la technologie est parfaitement au point et l’acceptabilité totale » ! se réjouit Monsieur Urruty.

Et pour ceux qui voudraient en savoir plus sur Sharvy… 

C’est une belle success story issue de Montpellier. Permettant la gestion intelligente des espaces partagés en entreprise – parking, bureaux, cantines…-, Sharvy a déjà séduit de grands comptes tels que La Mutuelle Générale, JC Decaux, Lavazza, Merck ou Onet… Elle est déjà utilisée quotidiennement par 30 000 personnes.

Lancée sous le nom de MyCarSpot, l’entreprise a accéléré sa croissance récemment grâce à l’élargissement de sa proposition de valeurs. Elle a levé 1,2 M d’euros en 2020 pour financer son développement international. Elle vise 2M€ de chiffre d’affaires d’ici trois ans. Sharvy est installée dans l’Hérault, à Montpellier (région Occitanie), au sein du Business & Innovation Center (BIC), incubateur d’entreprises innovantes classé parmi les 5 meilleurs au monde. Elle est membre de la French Tech Méditerranée et du cluster d’entreprises numériques Digital 113.

Nicolas

Nicolas est rédacteur chez viasolutions. Après un bac général en économie, il étudie le droit à la faculté et fait ses premières armes sur les réseaux sociaux; Il prendra le virage du web rapidement et se consacre depuis à la rédaction d'articles de société orienté B2B et B2C.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.