Louer une cave, ça rapporte

cave a vin

credit photo : pixabay

Avec le boom des sociétés de stockage (homebox, costockage…), des petits malins ont déniché un tuyau pour faire fructifier leur capital financiers dans les grandes villes sans passer par la case “gros investissement”. En effet, la mise en location des sous-sols de bâtiments rapporte à notre époque largement plus que n’importe quel placement immobilier. Enquête dans les dessous d’un marché méconnu, mais très rentable. En effet, au moment où les financements protégés ne rapportent que des miettes, nous vous livrons le secret : mettre en location des sous-sols !

Pourquoi louer une cave ?

Avec un tarif locatif de moyen qui oscille entre 12 à 23 euros le mètre carré chaque mois sur Paris ou de dix à 12 euros le mètre carré dans une ville comme Nantes, la mise en location de ces petites étendue souterraines s’est révélé être spécialement avantageuse pour les petits capitaux.

Le succès des caves immobilières

D’autant que les intéressés en quête d’espaces d’accumulation se ramassent à la pelle dans les capitales et les métropoles. Par ailleurs, ces mini endroits se vendent en quelques semaines et ont beaucoup de succès. Et c’est loin d’être leur seul avantage : vu le faible montant des loyers, les prêteurs n’ont guère à se soucier de problèmes d’impayés.

Les problèmes de mauvais entretien ne sont plus source de contrariété, ces espaces étant bien souvent pas aménagés. Les instructions de mise en location sont beaucoup plus flexibles que dans l’immobilier traditionnel : la durée du bail n’est pas réglementée et les loyers ne sont pas plafonnés et la majorité des bails assez facilement renouvelés.

Comment trouver la cave parfaite ?

Bien sur, dégotter une cave n’est pas également basique que d’acquérir un appartement, car les agences de l’immobilier n’en font pas la offre de rabais. Il s’agit surtout d’un marché de gré à gré, que l’on pénètre en interrogeant les concierges de bâtiments ou les syndics. Le coûts moyen d’une sous-sols parisienne oscille entre 500 et une. 500 euros le mètre carré, selon l’arrondissement, mais aussi l’état du bien. Ces coûts accessibles offrent la possibilité d’assurer de charmants rendements.

Nicolas

Nicolas est rédacteur chez viasolutions. Après un bac général en économie, il étudie le droit à la faculté et fait ses premières armes sur les réseaux sociaux; Il prendra le virage du web rapidement et se consacre depuis à la rédaction d'articles de société orienté B2B et B2C.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *