Le taux d’éloignement : le nouveau critère pour accorder un crédit.

taux eloignement
taux eloignement

Les temps sont durs pour les emprunteurs. Entre la guerre en Ukraine qui fragilise nos économies, augmente l’inflation du coût de la vie et de l’énergie. Et le les pandémies qui incitent les ménages à rester chez eux (en en précarisant une partie), les organismes de prêts deviennent de plus en plus frileux pour accorder un emprunt. Selon une enquête du magazine vousfinancer, les banques prennent désormais en compte un nouveau critère pour accorder un prêt : le taux d’éloignement.

Dis moi ou tu travailles, je te dirai combien emprunter.

La localisation d’un bien immobilier compte désormais comme un critère à part entière lorsque vous cherchez à monter un dossier bancaire pour emprunter. En effet, de plus en plus de ménages se voient refuser des prêts, car ils travaillent trop loin de leurs lieux de travail.

C’est une situation encore jamais vu et un peu aberrante quand on connaît la fragilité d’un CDI ou d’un contrat de travail de nos jours.

Selon cet article de LCI, un taux d’éloignement de plus de 30 km pourrait nuire à la validation d’un près auprès d’un grand nombre d’organismes bancaires. Depuis les gilets jaunes et l’inflation du prix de l’essence, les banques demandent désormais aux employés d’aller vivre à côté de leur lieux de travail. Ce même article nous explique qu’un aller retour de 50km par jour pour deux personnes peut faire un trou dans le budget familial d’environ 600€.

C’est assez étrange de constater que l’on se retrouve dans une situation très similaire avec celle du début du XXème siècle – période pendant laquelle les ouvriers achetaient leurs maisons à côté de leurs usines.

Un critère qui permet de lutter contre le surendettement…

L’argument invoqué par les banques est la protection financière des emprunteurs et la lutte contre le surendettement. Il fait dire que le Covid a aussi eu un impact non négligeable sur l’apparition de ce nouveau critère. Depuis mars 2020, a possibilité d’un confinement généralisé n’est plus exclue et cette situation fait peur aux organismes de prêt.

Ce durcissement des conditions d’octroi de prêt apparaît aussi dans ce contexte très particulier. Les français ont besoin d’espace, d’un petit terrain ou d’un balcon. La crise du Covid a permis une prise conscience globale de l’importance d’avoir un peu d’espace à soi et cela n’a fait qu’augmenter les prix des appartements ou des maisons en ville.

De nombreuses personnes décident donc de vivre à la campagne pour gagner un peu de place et acquérir un bien à meilleur prix.

Comment envisager une nouvelle mobilité pour les classes moyennes ?

Ce nouveau critère d’éloignement pose la question sensible de la mobilité pour les classes moyennes vivant en grande périphérie. En effet, à en croire les organismes bancaires, une fois privée de leurs voitures, les classes populaires – loin des centres villes ne semblent plus pouvoir communiquer avec le reste du pays sans dépenser des sommes folles.

Cela pose aussi la question du retrait des lignes SNCF qui n’étaient pas assez « rentables » selon le gouvernement Macron. A croire que toutes les logiques financières décidées par les têtes pensantes de notre pays n’ont finalement « ni queue ni tête ».

Nicolas

Nicolas est rédacteur chez viasolutions. Après un bac général en économie, il étudie le droit à la faculté et fait ses premières armes sur les réseaux sociaux; Il prendra le virage du web rapidement et se consacre depuis à la rédaction d'articles de société orienté B2B et B2C.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.