5 idées reçues sur la sécurité sociale en France

securité sociale
securité sociale

La sécurité sociale française est souvent vue comme un modèle d’efficacité à l’étranger. Elle est pourtant mal comprise dans son propre pays. Les amalgames sont nombreux et les inepties sont très courantes. Si le modèle social français est en train de péricliter, il fat quand même rétablir les vérités suivantes.

Les idées reçues autour de la sécurité sociales en France

Qu’il est compliqué notre modèle français ! Tellement compliqué que même les français ne le comprennent pas. Voici quelques idées reçues sur la sécurité sociale à rétablir illico presto.

1. La SECU, c’est la même chose que la protection sociale ?

FAUX ! La protection sociale est définie comme l’ensemble des moyens permettant de garantir chacun un minimum de sécurité économique contre des risques sociaux. La Sécurité sociale est une des composantes de la protection sociale.

2. La Sécu ne couvre que la maladie ?

La Sécurité sociale est divisée en 4 branches autonomes :

  • maladie qui gère les remboursements, mais aussi la maternité, l’invalidité, les décès
  • camille qui s’occupe des allocations familiales et autres aides…
  • accidents du travail et maladies professionnelles en charge des indemnisations des victimes
  • retraite (qui calcule les redistributions des pensions de retraite.

3. La sécurité sociale ne gère que le régime général.

FAUX, la Sécurité sociale comprend principalement Ie régime général qui concerne les trois quarts de la population (salariés, bénéficiaires de la protection universelle maladie et, depuis Ie 1er janvier 2018, les travailleurs indépendants)et Ie régime agricole (exploitants et salaries agricoles).

Mais Ia Sécurité sociale inclut aussi les régimes spéciaux des marins,des clercs et employés de notaires, des notaires, du Sénat, de la SNCF, de la RATP, des Industries électriques et gazières, etc.

4. La Sécurité sociale est financée par les salariés

FAUX, les cotisations sociales représentent de loin la première source de revenu pour la Sécu. Une part est la charge des salaries et l’autre est financée par les employeurs. Mais la Sécu est également financée pour une part par la CSG, la CRDS,des impôts et taxes affectés (tabac, alcool, jeux,etc.) et des contributions publiques.

5. La sécu est déficitaire, on ne parle que du « trou »

Selon les estimations de la commission des comptes de la Sécurité sociale, Ie budget de la Sécu devrait être quasiment à l’équilibre a la fin de l’année 2019. Les comptes, qui se sont dégrades depuis les années 2000 (culminant avec 28Md d’euros de déficit en 2010), ne seraient plus déficitaires que de 300 millions d’euros de déficit pour cette année.

Rappelons toutefois que les exonérations de cotisations patronales, le soutien aux banques et entreprises lors de la crise de 2007-2008 (30Md d’euros), l’optimisation fiscale des entreprises (15Md d‘euros entre 2009 et 2015) constituent autant de manque a gagner.

Enfin, indiquons que la protection sociale est spoliée du fait de la sous-déclaration des accidents du travail et des maladies professionnelles. A titre d’exemple,Ie seul coût des cancers professionnels non reconnus avoisine les 15Md d’euros…

Nicolas

Nicolas est rédacteur chez viasolutions. Après un bac général en économie, il étudie le droit à la faculté et fait ses premières armes sur les réseaux sociaux; Il prendra le virage du web rapidement et se consacre depuis à la rédaction d'articles de société orienté B2B et B2C.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *